Sélectionner une page

D&C #01 #02

Mur 01 & 02

 

Translater : v.t. Déplacement d’une figure dont toutes les parties gardent une direction constante.
C’est aussi en ce terme qu’ILS définissent le mouvement des ponts mécanisés transportant la matière première. Qui sont-ILS ? Préparateurs de commandes, pontistes, caristes, chauffeurs, chef d’ateliers, standardiste… ils ont tous quelque chose à raconter sur leur métier, que cela soit à travers leurs mots ou la façon dont ils bougent dans le quotidien de leurs gestes au travail.
Tout est partie d’une chorégraphie, restitution dansée de trois semaines d’immersion au sein de l’entreprise Descours & Cabaud, négoce d’acier situé dans les quartiers Nord de Marseille.
Cette immersion dans la vie de l’usine nous a également permis, à Séverine Bruneton, artiste plasticienne et moi-même, d’y collecter de la matière physique et humaine. et de partage avec les employés, faisant naître en nous le désir de raconter la vie d’un lieu à travers les mots et les gestes de ceux qui y travaillent.
Suivront alors 13 peintures murales monumentales et autant d’ateliers graphiques proposés aux employés de l’entreprise qui se sont inscris dans le programme des Ateliers de L’Euroméditerranée, projet central de Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture.
Pendant ces 3 années de résidence, les 13 murs en béton brut du parc acier ont servi de page blanche à une histoire où l’humain était au cœur. La technique utilisée, le blanc d’Espagne a su révéler la fragilité du geste et tracer la transparence de ces corps en mouvement en suggérant une part d’intime.
Nous voulions mettre en exergue ce qui existe déjà mais n’est pas toujours vu par ceux qui le pratiquent, pris dans leur activité. De cet existant, nous nous devions de le transcender pour qu’il soit remarqué autrement que dans un quotidien, de le rendre REMARQUABLE afin que ce quotidien ne soit plus tout à fait le même.
La notion reste subtile car elle ne doit pas perturber le cours des choses et en même temps, par son mérite d’exister, elle apporte sa part de droit au rêve dans un rapport au travail journalier.

Pour la réalisation du premier mur, la collecte de paroles a donné naissance à un livre fait d’étiquettes métalliques issues du parc acier et sur lesquelles ces paroles ont été imprimées (cf. ci-dessus) tandis que la collecte de gestes nous a donné envie de mettre en valeur ces postures en les amplifiant et en les traçant sur la peau de l’usine.

À l’issu d’un spectacle offert aux employés de l’usine, par les apprentis de la FAI AR, les ouvriers nous ont aidé à customiser leurs t-shirts D&C en y appliquant le logo de la formation, afin de sceller notre partenariat.

Une publication a été réalisée par les Ateliers de l’Euroméditerrannée pour raconter notre résidence.