Sélectionner une page

CONTAMINAME #01

Séverine Bruneton (artiste plasticienne) et moi-même sommes parties à la rencontre du centre artistique LASA (Laboratorio Artistico de San Agustin), à Cuba. Une immersion de 2 semaines dans ce quartier périphérique de la Havane nous a permis d’y amorcer une réflexion sur le thème du toucher autour duquel le LASA se questionne aujourd’hui au travers de multiples installations artistiques en espace public. Habitants éphémères de San Agustin, la ville est alors devenue notre surface de jeu et un épiderme sensible sur lequel notre présence étrange et étrangère est venue s’imprimer tel un parasite. Le gang des ‘contaminatrices’ que nous avons constitué avec l’aide de Danai et Daphné, s’est ainsi amusé pendant plusieurs jours à envahir San Agustin de ronds colorés, propageant une épidémie joyeuse et féminine à travers le quartier.

Ci-dessus, à gauche, une vue microscopique de la propagation du virus dans le quartier de San Agustin. À droite, un plan du réseau de bus de la Havane.

POINT DE FOCALE La disposition de ces points colorés a été réfléchie en amont en fonction des lieux que nous souhaitions mettre en valeur, des détails du quotidien que nous voulions souligner pour offrir aux habitants un nouveau point de vue sur leur ville.
POINTS D’INTERVENTION L’utilisation des couleurs primaires fait écho aux couleurs vives des vêtements des habitants et des voitures qui circulent à travers la ville. Ces tampons nous permettaient de tracer leurs déplacements tout en marquant notre passage et nos interventions.
POINTS DE RENCONTRE Ce dispositif est vite devenu notre langage commun et notre monnaie d’échange avec l’habitant, tout autant qu’un prétexte pour les faire parler de leur territoire tant géographique qu’intime.
POINTS D’ÉNERGIE En parallèle de l’intervention, nous avons interrogé les habitants sur l’endroit à San Agustin qui dégageait selon eux le plus d’énergie, mais aussi sur leur propre corps, et à quelle couleur ils associaient ce point d’énergie. En fonction de leurs réponses, nous imprimions un point de couleur sur la partie du corps qu’il nous indiquait.